• Témoignage

    Personnellement j'ai vécu de la persécution scolaire au collège. J'en suis ressortie forte, j'ai recroisé certains de mes persécuteurs au lycée : au tant certains me parlait toujours mal mais je passais au dessus, autant d'autres baissaient la tête quand je les croisait dans les couloirs.

     

     

    J'ai eu le droit à se qu'on me pousse dans la boue ( quand je suis partie me plaindre un des persécuter à répondu «  si ça te gênais fallait le dire », Oui voyons c'est toujours agréable de se faire pousser dans la boue ), j'ai eu le droit à des mots pas très gentil, des maisses-basse, du rejet au sein de la classe ( heureusement je me souviendrais toujours d'un garçon qui, même si on traînait pas ensemble pendant les récrés, me parlait en cours quand on était voisin, se mettaient avec moi quand il fallait faire des groupes, me défendait en critiquant ceux qui me critiquait et c'était agréable).

     

    La première fois que j'ai été me plaindre, un élève m'a dit «  tu vas voir à la recrée » oui en effet j'ai vu ; je suis allée en récréation quand même, il m'a encerclé avec des amis à lui. Sa à avertie d'autre personnes qui sont venu, ça a avertie les surveillants, cpe, etc … C'est lui qui s'est retrouver bête. Il n'a jamais osé recommencé.

    Au final pourquoi je me faisais persécuté ? Car je ne connaissais personne dans ce collège. J'étais une cible facile, seule . Également j'étais différente : je ne m'habillais pas comme tout le monde (#teamjogging :') ), j'avais une passion différente ( les mangas ) et je la montrais ( oui, je lisais des mangas dans la cours ).

     

    Au final même si j'en ai beaucoup souffert ; je pleurais avant d'aller au collège, je ne voulais pas y aller, je m'isolais de plus en plus sur internet (Coucou Flo ! ). Je suis dans un certains sens, contente ( oui certains sens hein ! ) d'avoir connu çà. Sa m'a permis d'acquérir le caractère que j'ai, je sais se que ça fais d'être seule, je ne me laisse plus faire, je n'ai plus peur de parler quand ça va pas. J'ai eu le droit à d'autre chose, mais j'avoue avoir oublier car maintenant c'est un moment de ma vie qui me passe au dessus.

    Un de mes amis proche à aussi connu ça. Sa vie en dehors du collège n'allait pas top top, au collège il se faisait insulter de « pd » ( sorry ! ). Il en été arriver au point de se suicider. Je lui ai fais comprendre ( et la je m'adresse à toute les personnes qui pense à se suicider ! ) que c'était qu'une étape de la vie. Très dur mais une étape, que si il se suicidait que dirait son père ? Sa mère ? Ses grands-parents ? Sa famille ? Ses amis ?. Il m'a vu pleuré à cause de ce qu'il disait. Sa l'a fait réfléchir. Cet ami avait écris un petit poème sur ce qu'il ressentait. Possible de le lire ici

     Mais le plus important...

     

    Aujourd'hui lui aussi est passé au dessus, ça l'a endurcis. Et le plus important, aujourd'hui il vit !

     

     

     

    Je crois que tout le monde a un jour déjà connu une forme de harcèlement. Je vais essayer de nuancer un peu mon avis, car j'ai plus ou moins connu les deux rôles. Je n'ai jamais harcelé personne, mais j'ai déjà été témoin de harcèlement sans réagir, et je considère qu'être témoin passif c'est aussi grave que d'être un harceleur. Mais je ne suis pas resté passive longtemps, heureusement... ou pas ? Car bizarrement c'est le fait d'avoir défendu quelqu'un qui a fait que moi aussi j'allais avoir des ennuis, je ne le savais pas encore.

    Au collège, deux de mes amies, qui étaient meilleures amies se sont engueulés, on va les appelaient C et B. J'étais plus proche de C, donc je ne parlais plus trop à B. Et par la force des choses, nos autres amies ne lui ont plus parlé non plus. B s'est retrouvée seule. Mais ça ne s'est pas arrêté là. La classe a commencé à être de plus en plus méchante avec B,la traiter de p*** ... Ça me dégoûtait, je n'était pas la seule mais on n'osait rien faire. Puis un jour, je suis allé voir B pour lui parler. C s'est énervé, alors moi aussi. C'est elle qui était en tort, donc au final ça s'est bien terminé. Après ça, la classe était assez divisé au niveau des filles, mais B n'était plus seule.

    C'est l'année suivante qui a été horrible. Je n'étais plus dans la même classe que mes amies, je m'entendais juste bien avec quelques-uns, et ça allait au début. Mais voilà, C, moi et mes anciennes amies on ne s'entendaient plus du tout. Ça commençait par des insultes, des disputes dans la cour. Et comme je ne me laissais pas faire, ça allait toujours plus loin. On me suivaient jusque chez moi. Mes anciennes amies venaient sonner chez moi le soir. Et d'autres choses dont je ne parlerais pas ici. Au fur et à mesure c''est devenu infernal dans la classe, car personne ne se parlait directement. De mon côté, je m'énervais pour un rien, je m’engueulais avec tous le monde, même ceux qui ne m'avait rien fait. J'étais à cran tous le temps, et ça se ressentait autour de moi. Tous les jours de classe, il y avait une histoire entre des élèves pour un rien. Au bout d'un moment, j'étais vraiment fatigué. J'ai commencé à devenir beaucoup plus calme, à m'isoler, mes notes chutaient, j'avais pleins d'absences. J'étais très fatigué moralement, et surtout seule car je n'en parlais pas. Je ne voulais pas embêter ma famille, surtout qu'ils avaient déjà dû subir mon humeur massacrante pendant un temps. C'est ce que je regrette le plus.

    L'année s'est finalement terminé évidemment. Ça me parait assez loin, cependant je pense que j'ai gardé une trace de tous ça. Quand j'y repense, je me rend compte à que point on peut être immature au collège. C'est inimaginable que quelque chose comme ça arrive quand j'étais en BTS. Il y a toujours du positif à retirer quelque part, même si ce n'est pas toujours évident je l'accorde.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :